carte_BENIN_vrai

Le BENIN,Berceau du Culte et religion VODOUN jouit d'une stabilité politique, d'une paix sociale et d'une croissance économique en constante progression par son modèle de parfaite démocratie et sa zone ATLANTIQUE / LITTORAL ici marqué 2sur la carte est consacré exclusivement à cette catégorie BENIN TOURISTIQUE 2. Par ses villes et villages vous offre ses attractions touristiques dont voici les quelques unes mieux détaillée ici.

 

- GANVIE (Cité lacustre: La Venise de L'Afrique :

 

Gnavi_

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ganvié baptisé « la Venise Africaine», grande cité lacustre  bâtis sur pilotis au milieu des lacs où toutes les activités de plus de 300 000 habitants qui y habitent et y vivent se déroulent entièrement sur l'eau. Ganvié, C’est la civilisation de l’eau par excellence, le mode de vie d’un peuple sur pilotis. les habitants n’utilisent que la pirogue comme moyen de locomotion. . Ganvié est un village traditionnel fait de maisons construites en bambou et couvertes de toit de paille. URBANO TOURISME vous fera visiter ces cités magnifiques lacustres à bord des pirogues (petits bateaux en bois) ou barques motorisées conduites à travers la lagune par les guides de la région.

 

 

 

- OUIDAH:

OUIDAH

 

 

 

 

 

 

 

Pour les voyageurs intéressés par le côté historique ou religieux du Bénin, Ouidah constitue la destination idéale. Jadis seul port du Bénin, Ouidah était l'ancien comptoire esclavagiste. Aujourd’hui, la pratique de la religion traditionnelle connue sous le nom de Vodoun reste forte et constitue l’une des principales raisons pour lesquelles les visiteurs vont à Ouidah.

 

Ville syncrétique par excellence où cathédrale et temple de python se font face, tolérance religieuse oblige,OUIDAH  est le siège du Culte et religion VODOUN et abrite un musée d’art contemporain installé dans l’ancienne résidence de la famille de Souza, le musée d’histoire installé dans l’enceinte du fort des Portugais.On y trouve encore de vieilles maisons du même style que celles qui excistent aux antilles, à Saint Louis au sénégal etc.

.

 

ROUTE de l'ESCLAVE & PORTE non RETOUR:

 

Route_de_l_esclaveCe sentier est la route originale qu’empruntaient les esclaves du centre ville jusqu’à la côte où ils étaient embarqués dans des navires qui les conduisaient vers le nouveau monde. La route de l’esclave traite d’une tragédie qui a impliqué tous les continents et a provoqué des bouleversements considérables et dont les effets continuent d’affecter les sociétés modernes : la traite négrière, déportation massive de millions d’Africains et leur mise en esclavage durant des siècles dans d’autres régions du monde. Les transformations globales et profondes qu’elle a induites expliquent en partie les configurations socioculturelles, géopolitiques et économiques du monde actuel.

Elle comporte plusieurs étapes aussi poignantes les unes que les autres et URBANO TOURISME vous réserve des balades à pieds sur cette route en traversant  toutes ses différentes étapes dont les voici:

 

La place Chacha

 

1.   L’arbre de l’oubli

 

2.   La case de Zomaï

 

3.   Le mémorial de Zoungbodji

 

4.   L’arbre du retour

 

5.   la porte de l’oublie.

6 Porte non Retour 

 

- La place CHACHA DE OUIDAH :

 

PLACE_CHACHASituée devant l’ex- maison du négrier brésilien Chacha Félix de Souza, la Place des Enchères constitue le premier point de départ de la route des esclaves. Ainsi les prisonniers de guerre, les victimes de razzias, sont vendus aux Européens sur cette la place et sous cet arbre même, aujourd’hui appelée Place des Enchères. Ainsi, les bras valides, les princes et les princesses furent vendus. Ils étaient troqués contre des marchandises de peu de valeur (canons, alcool, fusils, miroirs, chapeaux, pacotilles, etc).  Même tout un quartier fut vendu: c’était le quartier Brézil à Ouidah. Après la vente, ils sont enchaînés au cou et aux mains

 

- La case ZOMAÏ:

 

C’est à cet endroit, tard dans la nuit, que les esclaves sont ramenés pour attendre l’arrivée des cales depuis l’Europe. C’était des cases hermétiquement closes. Les esclaves y étaient enfermés dès leur arrivée dans de petites cases ou toutes possibilités de visibilité étaient inexistentes. Cette séquestration absolue désorientait totalement les esclaves qui vivaient durant tout leur séjour dans l’obscurité totale et les mettait absolument en difficulté pour toutes tentatives de fuite ou de rébellion. Zomaï veut dire “Là ou le feu n’y va pas.” Ils étaient, de ce fait, habitués à subir les conditions de vie dans les cales ; leur séjour s’étend sur trois à quatre mois. Les cases n’existent plus sur les lieux. Un monument a été érigé en lieu et place pour immortaliser ce souvenir.

 

TEMPLE de THYTONS sacrés:

 

Temple_de_python

 

 

 

Les serpents entretiennent toutes sortes de significations symboliques dans la culture vaudou. Ce temple sacré constitue actuellement une des principales attractions de Ouidah. Très vénéré, le dieu Python l’est particulièrement par des familles désignées dont la source est à Ouidah. Une cérémonie est organisée chaque année en l’honneur de la divinité.

 

 

 

* FORËTS SACREES:

 

Ouidah_foret

Musées à ciel ouvert, Elle abrite une variété de vestiges de divinités africaines et est surplombé par des arbres géants dont un en particulier, l’iroko géant mystérieusement émergé du sol à la disparition de l’ancien Roi Kpassè, Fondateur de Ouidah. On y organise principalement la Fêtedes jumeaux en septembre de chaque année.

 

 

 

 

 

 

ALLADA:  La ville vestige.

 

Traduit du Fon la langue locale, Allada signifie “le roi est mort”. Ainsi symbolisé par le nom, Allada était jadis connue pour ses familles royales et il y a encore, en effet, un roi qui y règne aujourd’hui. Allada a été l’un des premiers royaumes de la côte ouest africaine à entretenir des relations avec les pays européens ; elle fut la capitale spirituelle des rois du Danhomè et de Porto Novo. On y trouve la Place Toussaint. 

Toussaint_L

 

 

Cette place est en mémoire de Toussaint Louverture, fils d’esclave originaire d’Allada, il dirigea de 1796 à 1802 la révolte haïtienne contre la France.

 

 

- COTONOU:

 

Cotonou

Capitale économique et porte d’entrée du Bénin par le Sud étant donné qu’elle abrite le port autonome, port de pêche et l’aéroport international Bernardin Cardinal GANTIN.Cotonou est située sur le Golfe de Guinée et est fière de la vie de ses rues pleines de vendeurs, de gens aimables et de bons repas. La plus grande ville du Bénin.De son vrai nom « Koutonou » (l’embouchure du fleuve de la mort) cotonou offre aux visiteurs le charme d’une ville Africaine.Cotonou offre toutes les commandes hôtelières et d'une gastronomie BéninoiseAfricaines et Européenne adaptée aux goûts et aux moyens de chacun.Cotonou offre également une gamme impressionnantes de Boites de nuit, maquis, buvettes sans oublier son centre de promotion de l'artisanat ( CPA ) et le centre ville au mille couleurs etc. La lagune de Cotonou. Placé sous la protection de Dan, dieu de la richesse.

 

 

- MARCHE DANTOKPA de Cotonou:

 

march__dantokpa

 

 

 

Le marché Dantokpa, le plus grand marché du BENIN et de la sous régione  (l'Afrique de l'ouest)et est le baromètre de l’économie béninoise.On peut y acheter des marchandises les plus inattendus sur des étalages ; des pièces détachées de véhicules de toutes marques et de toutes origines, des ustensiles de cuisine, des denrées alimentaires, des tissus africains multicolores aux chaussures en cuir fabriquées à la main, des objets d’art sculptés sur bois et même des porte – bonheur.

 

 

 

Le Bénin, en son Sud jusqu'à son centre, regorge une partie de l'océan Atlantique avec ses plus belles plages de cocotiers au sable fin long de près de 150 km pour les amoureux de la mer,

 

Mer